À travers la nature sauvage, je voudrais arriver à photographier davantage ce que l’on a en soi que ce que l’on voit. Des sensations que l’on a parfois oubliées mais que le monde sauvage nous rappelle quand on veut bien lui prêter attention. Le mystère, l’éphémère, les cycles et les transitions sont quelques exemples de ce que je voudrais arriver à faire ressentir à l’aide de mes images.

La nature sauvage nous révèle combien notre esprit peut parfois être conditionné par le monde moderne, c’est un point de repère essentiel, aussi il me déplairait que mes images soient considérées comme de la distraction ou comme une détente. Ce sont plutôt des interrogations sur l’ordonnancement du monde, mais aussi une sorte de combat contre les intérêts personnels qui le dirigent et qui sont en train de le conduire à sa perdition. Mes photos sont là pour essayer de mettre en évidence la dimension fondamentale, primordiale de la nature, non seulement pour notre existence, mais aussi pour notre esprit. Il est pour moi capital de pouvoir contempler quelque chose qui existe indépendamment de toute volonté humaine.